Le Goncourt va à Lydie Salvayre pour Pas Pleurer

Publié le

Le Goncourt va à Lydie Salvayre pour Pas Pleurer

Lydie Salvayre a obtenu le Prix Goncourt avec Pas pleurer un livre qui se situe pendant la guerre d’Espagne

Pas pleurer est un roman est écrit a deux voix : celle de Georges Bernanos, une voix coléreuse, revoltée d’un royaliste, catholique, militant d’action française que tout prédispose à soutenir le mouvement des nationaux espagnoles contre la république et qui va pourtant être révulsé de ce qui se passe en Espagne quand les nationaux pratiquent la terreur contre les mauvais républicains c’est à dire les républicains pauvres, sans le sous. Il va être aussi révulsé, peut être davantage, par le comportement de l’église qui a donné sa bénédiction à cette terreur.

Et il y a la seconde voix, très différente, celle la mère de la narratrice qui a 15 ans au moment de la guerre civile et qui est justement une mauvaise pauvre, une pauvre républicaine, qui a vécu l’insurrection libertaire qui a ouvert la guerre de 1936.

Ce livre évoque la montée du fanatisme religieux de l’époque et ce que la notion de nationalisme peut provoquer comme malheur.

Avec ce roman à deux voix, le monde de l’enfance, de l’utopie et des rêves s’oppose à la noirceur de la révolution. Pour ancrer tout cela dans le réel, la mère de la narratrice est prise dans une histoire d’amour romanesque dans la plus pure tradition de l’amour impossible, dans un petit village où l’étroitesse d’esprit se mélange à la peur, le tout maquillé d’éléments politique.

Cette voix s’exprime dans ce que Lydie Salvayre appelle le Fragnol qui est la langue que sa propre mère invente en 1939 quand elle arrive en France à mi chemin entre l’espagnole et le français.

>> A lire aussi : La petite histoire du Goncourt

Publié dans Romans, Actu

Commenter cet article