La guerre des romans de l’été aura bien lieu

Publié le

Levy-vs-Musso

Levy-vs-Musso

Entre Marc Levy et Guillaume Musso, les deux poids lourds du roman sentimental, l’été est le point d’orgue de la guerre sans merci qu’ils se livrent pour être l’auteur français le plus lu. Alors, pas de quartier, que le plus gros vendeur gagne.

A notre gauche, le champion du monde incontesté du best-seller à la française, avec 16 livres vendus à 33 millions d’exemplaires dans le monde et traduits dans une cinquantaine de langues, Marc Levy remonte sur le ring avec un nouveau roman : Elle et lui.

A notre droite, Guillaume Musso, le challenger, roi des ventes hexagonales depuis quatre ans de suite toutes catégories confondues, compte bien continuer sur sa lancée avec son douzième roman : L’instant présent.

Le mot d’ordre est donné, il faut faire dans l’efficace et attaquer d’entrée avec ce qui fait la renommée de chacun.

Marc Levy a ouvert les hostilités en premier, prenant par surprise son adversaire en sortant son livre un mois plut tôt. Alors comme ça Musso lui ravie la première place dans la bibliothèque des français ? On va voir ce qu’on va voir.

Le stylo entre les dents, Levy ne lâche rien, et entame sa reconquête en ressortant l’artillerie lourde : les héros de « Et si c’était vrai », le roman fondateur de la légende, véritable phénomène de société, dont l’adaptation au cinéma a été réalisée par Steven Spielberg. Rien de tel, pour marquer des points, qu’une bonne vieille comédie sentimentale, sur fond de romance impossible. Il faut dire qu’il ne nous trompe pas sur la marchandise avec le teaser officiel : « Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus ». Marc Levy met donc en scène Paul, le meilleur ami de Arthur dans « Et si cétait vrai ». Devenu écrivain, Paul vit en France, seul, le cœur en berne. Il entretient bien une relation à distance avec son éditrice sud-coréenne mais comme le définirait la situation maritale sur facebook : it’s complicated.

Comme de par hasard, une actrice anglaise, star montante du cinéma, vient se réfugier en France, suite à une déception amoureuse. Mais comme son fiancé est aussi une star de cinéma et qu’ils sont à l’affiche d’un film à gros budget, elle ne doit rien dire et se réfugier dans le secret et l’anonymat chez sa meilleure amie, par ailleurs restauratrice.

Bien entendu tout les sépare, mais ils vont finir par se rencontrer et entamer une relation impossible. S’ensuivent alors des rebondissements que même Bridget Jones ne renierait pas.

Bref un roman bien ficelé qui appuie là où il faut pour que les fans de la première heure de Marc Levy soient ravis.

 

De son coté Guillaume Musso ne se laisse pas distraire par les voies du succès, et remonte sur le ring, concentré, avec sa meilleure arme, celle qui fait son style : l’imaginaire. Un mot d’ordre pour conserver sa couronne : back to basic.

Il nous refait le coup du voyage dans le temps d’un homme qui tombe amoureux. Il faut avouer que ça marche. Arthur, (rien à voir avec le personnage de Marc Levy ndrl), hérite d’un phare sur les cotes américaines. Mais pour hériter, il doit respecter une condition, ne pas ouvrir la porte d’une pièce condamnée dans les sous-sols de la bâtisse. Bien entendu, il ne va pas respecter ce vœu et découvrir un terrible secret : une fois la porte passée, on devient un voyageur du temps. Mais un voyageur qui ne contrôle pas la durée de ses voyages. Il ne reste qu’une journée là ou il est transféré et ne réapparait qu’un an plus tard. Ce qui est compliqué quand on tombe amoureux d’une jeune apprentie comédienne (rien à voir non plus avec le personnage de Marc Levy précédemment cité, mais la jeune comédienne est visiblement un personnage couru dans ce genre littéraire ndlr). L’amour sera-t-il plus fort que les malices du temps ? hum ?

Un roman qui tient ses promesses, avec là aussi des rebondissements, une intrigue qui tiendra le lecteur en haleine sous le soleil des plages estivales.

 

Rendez-vous à la fin de l’année pour faire les comptes et savoir qui aura été plébiscité par les lecteurs de l’été.

 

 

Publié dans Romans

Commenter cet article