Et si Barthes avait été assassiné ?

Publié le par Bouquiner.net

Et si Barthes avait été assassiné ?

Roland Barthes, critique littéraire et référence mondiale de la sémiologie, est mort écrasé par une camionnette de blanchisserie en 1980 en sortant d’un déjeuné avec François Mitterrand. Et si ce n’était pas un accident mais un assassinat ?
C’est ce qu’imagine Laurent Binet dans son nouveau roman, La septième fonction du langage.

Mais alors, pourquoi a-t-on voulu tuer Roland Barthes ? Parce qu’il détenait un document de Jakobson qui expliquait la septième fonction du langage. Roman Jacobson, est le linguiste qui avait théorisé six fonctions du langage pour expliquer les schémas de communication. Mais il aurait découvert une septième fonction secrète qui était si puissante qu’il a préféré la garder cachée, parce qu’elle permettrait à celui qui la maitrise d’être le maitre absolu de la rhétorique, capable de convaincre n’importe qui de n’importe quoi dans n’importe quelle situation.

Évidemment les candidats pour mettre la main sur cette fonction sont nombreux : Les politiques, bien entendu, surtout en 1980 à la veille de l’élection présidentielle, mais aussi les grand philosophes de l’époque.
C’est pour ça que les personnages de ce roman sont Michel Foucault, Derrida, Deleuze, Solers, qui faisaient partie de ce qu’on appelle la French Theory. Mais on y croise aussi Valery Giscard D’Estaing, François Mitterrand, Jack Lang, Laurent Fabius, Serge Moati.
Tous ces personnages aussi brillant soient-ils, sont désacralisés et dépeint, dans des scènes à mourir de rire, comme de grands narcissiques, jaloux les uns des autres, parfois complètement à coté de la plaque.
Ils sont tous suspects dans cette enquête, tout comme les membres du Logos Club, une sorte de Fight Club, comme dans le film avec Brad Pitt, sauf que là au lieu de se bagarrer avec les points, les membres de cette société secrète se livrent à des joutes oratoires. Celui qui détiendrait la septième fonction serait bien sur le grand maitre de ce club.

Il ne faut pas se fier au titre qui fait penser à un essai sur la linguistique alors qu’on est bien dans un roman avec une enquête et des rebondissements.
C’est un flic un peu bourru, très vieille école, un peu bas de plafond, qui mène l’enquête sur la mort de Barthes. Comme il ne comprend absolument rien à la sémiologie ou la linguistique, il va s’adjoindre les services d’un universitaire dont c’est la spécialité.
Quand ce dernier explique au flic ce qu’il doit comprendre de la sémiologie, il explique aussi au lecteur, à travers des dialogues à la Audiard, les ressorts de cette philosophie.

Bref, un roman passionnant, intéressant et drôle. A bouquiner d’urgence.

La septième fonction du langage
Laurent Binet
Ed. Grasset
Acheter ce livre

Publié dans Romans

Commenter cet article