Le Nobel de littérature

Publié le par Bouquiner.net

Le Nobel de littérature
Svetlana Alexievitch
Svetlana Alexievitch

Le prix Nobel de littérature a été attribué à Svetlana Alexievitch Journaliste et écrivain bélarusse. Le jury a tenu a récompenser son "œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque". Bon il faut l’avouer c’est une quasi inconnue du grand public français. Voici un bref aperçu de la Lauréate 2015.

Svetlana Alexievitch, 67 ans, censuré dans son propre pays, est l'auteur de livres poignants sur la catastrophe de Tchernobyl ou la guerre d'Afghanistan.

En 1985 elle écrit La Guerre n'a pas un visage de femme, un livre retraçant par des entretiens le récit de femmes soldats de l'Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1990, dans Cercueils de Zinc, elle recueille des témoignages de Soviétiques ayant participé à la guerre soviéto-afghane, puis en 1995 avec Ensorcelés par la mort elle écrit sur les suicides de citoyens russes après la chute du communisme.

En 1997 elle reçoit de nombreux prix prestigieux pour son ouvrage La Supplication - Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse.

En 2005 avec Derniers Témoins, elle donne la parole à des femmes et des hommes qui étaient enfants pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 2013 Svetlana Alexievitch obtient en France le prix Médicis essai pour La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, qui recueille des centaines de témoignages dans différentes régions de l’espace postsoviétique.

Elle est la quatorzième femme à remporter le Nobel et ses huit millions de couronnes (environ 860.000 euros) depuis sa création en 1901, et succède au romancier français Patrick Modiano, primé en 2014.

Pour acheter ces livres :
La guerre n'a pas un visage de femme
Les cercueils de zinc
Ensorcelés par la mort : Récits
La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse
Derniers témoins
La fin de l'homme rouge: Ou le temps du désenchantement

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article