Bouquiner.net

Toute l'actu du livre

Miroir de nos peines, dans la veine d’Au Revoir-là-haut.

Miroir de nos peines, dans la veine d’Au Revoir-là-haut.

Après Au revoir là-haut (prix Goncourt 2013) et Couleurs de l’incendie, Pierre Lemaitre met avec Miroir de nos peines un point final à sa trilogie mettant en scène les vicissitudes de la France d’entre deux guerres.

 

On retrouve avec délectation les mêmes ingrédients  déjà présents dans Au revoir là-haut : les magouilles, l’affairisme macabre, les mensonges tellement gros qu’ils en sont d’autant plus honteux, le tout pour en faire une satire de cette époque.

 

Dès les premières pages, Lemaitre nous cueille d’emblée avec une mise en bouche toujours aussi subtile. Nous sommes en avril 1940 lorsque les nazis traversent la Belgique et le roman se termine en juin quand ils rentreront dans Paris. Trois mois. Trois mois durant lesquels l’exode succèdera à la débâcle où Louise, Jules Gabriel et désirés se jettent sur les routes pour partir à la rencontre leur destin.

 

Tous les moyens de transport possibles et inimaginable sont bons : à pied, en camion en train ou même en caisse à savon.  Pierre Lemaitre a vraiment le sens du rythme, et si il réussit à mêler scène ubuesque avec grands moments d’émotion, il n’est à nul autre pareil pour alterner la révolte, l’émotion, la compassion ou la colère.

 

530 pages de lectures sans quasiment lever le nez de ce livre édité par Albin Michel.

 

Miroir de nos peines
Pierre Lemaitre 

Acheter ce livre

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article