Bouquiner.net

Toute l'actu du livre

Ras-le-bol des vieilles reines du cul

Christine Angot et Catherine Millet sont les tristes stars de cette rentrée littéraire. Malheureusement a-t-on envie de dire. Les deux auteurs se vautrent dans l’autofiction avec une facilité indécente. Leurs visions romancées de leur vie quotidienne est tout simplement exaspérante. Dans « Le marché des amants » Angot nous raconte qu’elle tombe amoureuse de Doc Gyneco et qu’ils ont une liaison. Super. Qu’est ce qu’on en retiendra ? Pas grand-chose à l’exception d’une citation qui restera dans les anales de la littérature : « attention [Doc], te trompe pas de trou ».
Chez Catherine Millet et son « Jour de souffrance » ce n’est pas mieux. Après avoir expliqué qu’elle aimait se faire démonter salement par n’importe qui et de préférence à plusieurs dans son précédant roman, elle se rend compte maintenant que son mari s’en est également donné a cœur joie. Elle pense pense être une révolté mais ce n'est qu'une petite bourgeoise jalouse. A la limite on peut comprendre qu’elle le vive mal, le problème c’est qu’elle le dit mal. 

Ces deux romans ne sont pas mauvais, ils ne sont tout simplement pas bons.
Là où ca devient malsain, c’est que tout le petit monde de l’édition, des critiques littéraires et des médias sont amis avec ces deux papesses des ventes de livres. Ce n'est qu'une histoire de réseau. Alors peu importe la qualité, entre amis on se renvoie l’ascenseur.

Ca devient rageant quand on sait que le budget livre d’un ménage n’est pas extensible. Quand on martèle à longueur d’émissions les noms de Angot et Millet, il est normal que leurs livres trust le top des ventes.
Et pendant ce temps des livres vraiment bien restent sur les étagères des libraires, pas parce que le livre ne marche pas, mais parce que la façon dont on en parle ne marche pas.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article

Tulipe 13/10/2008 17:02

Je pense que beaucoup de femmes se donnent le prétexte de lire de"la littérature"recommandée par la critique tout en sachant que ce qu'elles vont lirent vont probablement les faire fantasmer...mettre un peu de piment dans une vie "a"sexuée,tout en leurs laissant bonne conscience.
Et c'est cette meme bonne conscience qui va les faire bondir et éructer de rage si leurs maris se font surprendre à minuit sur une chaine cablée devant un film politiquement incorrect.
Mais bon,comme le disait Lamesangère:"L'art est de cacher l'art"et bien je peux affirmer que certaines sont passées "maitre en dissimulation"
Tulipe

emmanuel roche 08/09/2008 21:24

Complètement d'accord...

Aménothes 07/09/2008 23:17

Pour cet article, je ne peux être d'accord zvec vous et serais plus sévère encore, car je trouve ce type d'écriture sans style et mauvais, il est inutile et surtout n'apporte rien qui nous permette d'évoluer. (du moins je le crois, mais je peux me tromper), je respecte malgré tout l'effortr, n'oublions pas que l'auteur effectue un travail même si le resultat est....

V.Despoint 07/09/2008 17:48

F. Bégaudeau est plus intelligent que vous, le contraire se saurait.
Et F. Bégaudeau est lui un écrivain, son avis est plus intéressant et plus honnête.
La preuve :
http://www.dailymotion.com/kenestaf/video/x6o0sw_f-begaudeau-presente-c-angot-le-mar_news

Bouquiner.net 07/09/2008 22:34



Le but de nos critiques n'est pas de dire qui est le plus intelligent, mais de confronter des points de vue. Heureusement qu’il y a des avis
contraires, que nous respectons,  à ceux exprimés sur ce site.



Tabellarius 07/09/2008 14:57

J'applaudis des deux pieds... Va voir si tu as 5 mm mes articles (2) sur l'art ! Ton site mérite une visite plus approfondie à peluche.
T’chao les renards.
C’est avec plaisir que j’ai rejoins votre meute, en signe d’allégeance, je viens vous rendre visite et vous propose d’en faire de même.
Venez participer pour le fun au Kouizze sur le parlé Suisse Romand et plein d’autres choses.
A peluche, n’hésitez pas à laisser vos traces…
Tabellarius