Bouquiner.net

Toute l'actu du livre

Miserere revoila Grangé

Des morts fleurissent au cœur de Paris. 2 flics paumés mènent l’enquête. L'un est à la retraite, l'autre en cure de désintoxication. Les indices ? Des traces de pas dans le sang autour des cadavres, taille 36. Des pas d’enfants. Sur le corps des victimes, des passages du Miserere d’Allegri.
Rythme, Ambiance, psychologie des personnages….Du Grangé pur jus. On retrouve ce pourquoi les uns adorent et les autres détestent. Ce coup ci Jean-Christophe Grangé veut nous parler du mal qui réside en chacun de nous… tout un programme.

Le style Grangé est magnifié. Les ambiances, les descriptions de Paris sont si bien faites, qu'on a l'impression de vivre nous même ce qu'on lit.

 

L'histoire :
Etrange assassinat d’un chef de chorale d’origine chilienne dans l’église arménienne de Paris. Disparitions de plusieurs enfants de chœur. Série de meurtres opérée selon un protocole macabre : perforation inexplicable des tympans, inscriptions tirées du « Miserere » d’Allegri, mystérieuses traces de pas autour des cadavres : pointure 36… Pour mener l’enquête, deux flics « border line » comme les aime Grangé : Kasdan, le vieux briscard à la retraite, et Volo le toxico, beau comme une rock star. Origines arménienne et russe. Deux hommes intelligents, acharnés, hantés par leur passé. Du pur Grangé, complexe, tourmenté, baroque. Un de ses meilleurs thrillers, peut-être le plus inquiétant, qui mêle enfance, torture (des bourreaux nazis aux bourreaux chiliens), expérimentations scientifiques ultimes et musique…



Miserere
Jean-Christope Grangé
Ed. Albin Michel - 22€

Acheter ce livre
Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article

Jess 04/10/2008 11:06

J'ai été pour ma part séduite par le roman. Efficace. Flippant. Certains passages font détourner les yeux. Touchant. Car il s'agit bien d'une enquête, mais aussi de la lente construction d'une amitié filiale entre un vieux briscard de la police et son cadet de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs). Tous deux se ressemblant plus qu'il y paraît.
Un petit mot encore sur le fameux "style", dont on a reproché à Grangé qu'il en manquait. Certes, l'auteur n'écrit pas en fioritures (ici pourrait s'ouvrir un autre débat : qu'est-ce que le style s'il n'est pas au service d'une histoire entraînante, de celles qui font manquer l'arrêt de métro auquel on a prévu de descendre ?). Mais Grangé apporte un soin réel, pour peu que l'on y soit attentif, à ses phrases ; évitant les répétitions et le trop plein d'adverbes, par exemple.
Un bon roman à l'américaine, bien ficelé, bravo.