"Corniche Kennedy" de Maylis De Kerangal

Publié le par Bouquiner.net

Le nouveau roman de Maylis de Kerangal se déroule dans un sous-quartier de Marseille, plus exactement le long de cette « Corniche Kennedy » qui donne son nom au livre. Une voie rapide séparant des villas huppées d’un bord de mer sans plage aménagée, juste un dénivelé vertigineux de rochers où quelques adolescents désœuvrés trouvent quotidiennement refuge et rejouent leur «fureur de vivre » l’espace d’un été azuréen. Jour après jour, des bandes informelles occupent les rares plateformes naturelles de ce cap pour meubler leur farniente de tchatche et de drague insouciantes. Parmi elles, la bande d’Eddy, qui a pris possession de « la Plate », s’est spécialisée dans des sauts plus que périlleux, formellement prohibés par les arrêtés municipaux. Défiant leur propre peur, ils ont fait de ces plongeons de haut vol une sorte de rite initiatique, non sans jouir du goût de l’interdit et des chassés-croisés avec les forces de l’ordre ; les deux promontoires vedettes étant le Just Do It, haut de sept mètres et le Face to face, de douze mètres. Enfantillages, dira-t-on, juste des jeunes en mal d’émotions fortes, mais les choses vont bientôt s’envenimer.
Non loin de là, derrière ses jumelles, Sylvestre Opéra, un commissaire chargé de la surveillance de cette zone sensible du littoral, espionne les faits et gestes de ces « petits cons », pour la plupart issus des quartiers nord, que la mairie veut chasser pour faire respecter la quiétude de ce quartier résidentiel. C’est sur ce fond d’obsession sécuritaire — ici narré sur un mode mineur et grotesque — que la fiction peut naître, alternant les deux points de vue, celui du flic aux aguets et des jeunes baigneurs intrépides.
Il suffira qu’une intruse, Suzanne, une « gosse de riches » des alentours, vienne se joindre à eux, pour semer le trouble dans la bande et accuser certaines rivalités entre petits caïds de pacotille (Eddy évidemment, Mickaël, Bruno, Rachid, Ptolémée et Mario). En parallèle, on découvrira dans le passé récent de l’enquêteur Sylvestre Opéra une blessure vive provoquée par la disparition mystérieuse de Tania, une prostituée russe rencontrée lors d’une opération de démantèlement d’un réseau maffieux. Peu à peu, insidieusement, les deux récits vont converger dans un scénario échevelé mettant en miroir les premiers émois amoureux d’Eddy et Suzanne et le deuil sentimental du commissaire en fin de carrière espérant encore le retour de Tania.

L'auteurNée en 1967, Maylis de Kerangal, ancienne éditrice aux Éditions du Baron perché, a longtemps travaillé avec Pierre Marchand aux Guides Gallimard puis à la jeunesse.
Elle est l’auteur de deux romans chez Verticales, « Je marche sous un ciel de traîne » (2000) et « La Vie voyageuse » (2003) et d’un recueil de nouvelles très remarqué, « Ni fleurs ni couronnes » (« Minimales », 2006) dont l’une des nouvelles a été adaptée au cinéma (court métrage). Chez Naïve, elle a conçu une fiction en hommage à la chanteuse Blondie, « Dans les rapides » (2007), et participé, avec d’autres membres de la revue Inculte, au livre collectif « Une chic fille » (2008).


Corniche Kennedy
Maylis De Kerangal
Ed. Verticales Phase Deux - 15,50€

Acheter ce livre

Publié dans Romans

Commenter cet article