[Rentrée littéraire] L’hyper-Justine

Publié le par Bouquiner.net

Le mot de déréliction désigne un état de solitude morale, un abandon de Dieu. Pierre al-Hamdi avait beau ne plus croire en Dieu depuis une période de troubles qui avait suivi sa communion catholique, il trouvait que la déréliction lui allait comme un gant.

L’image du gant, un peu convenue, lui vint alors qu’il regardait une vitrine au biais de la rue Saint Honoré et de la rue Duphot. Pas de gants, mais des bracelets et des ornements de coiffure si jolis, si compliqués, qu’ils arrêtèrent le sanglot qui lui envahissait la gorge. Les vêtements de femme, surtout ce qui s’attache à la parure ou à l’accessoire, avaient sur lui une vertu apaisante. » Décembre 2007, Pierre al-Hamdi, un petit escroc cogneur de femmes cherche une fille à aimer ou à rançonner dans le faubourg Saint-Honoré. Fasciné par une jeune Anglaise qu’il aperçoit à un balcon de la rue de Castiglione, il découvre qu’elle est mêlée à un curieux projet cinématographique : l’hyper-Justine. Sofia Coppola pressentie pour le diriger associée avec une artiste contemporaine de renommée mondiale mais de réputation sulfureuse : Thérèse Legros de son vrai nom Marie Thérèse Adélaïde Atalante de Vermandois, marquise des Vertus. Jusque là rien qui puisse intéresser Pierre ; le choc vient quand il découvre que le scénario du film librement inspiré de Sade raconte l’histoire de la mort de sa mère, mannequin volant, assassinée au Yemen en 1977 alors qu’il avait huit ans. Pierre se retrouve en face d’un adversaire redoutable, une séductrice sans foi ni loi dont la devise rien n’est vrai tout est permis résume le mode de vie. Bien qu’affaiblie par un début d’Alzheimer, Thérèse reste une intelligence de premier plan dont la perfection structurale n’a d’égal que l’hostilité à l’encontre de qui se met sur sa route. Par un curieux effet du hasard les deux adversaires que tout oppose sont unis par plusieurs liens mystérieux : le fétichisme, le goût de la cruauté, une hypersensibilité de prédateur et l’amour vorace des filles faciles. Une nuit de dupes, et de jeux de miroirs fascinants et pervers, va les mettre aux prises.

L’hyper-Justine
Simon Liberati
Ed. Flammarion - 19€
Acheter ce livre

Publié dans Romans

Commenter cet article