[Coup de Coeur] La vie rêvée de Séraphine de Senlis

Publié le par Laurence Bx

Comme peut-être un certain nombre d’entre vous j’ai découvert l’existence de Séraphine Louis, peintre autodidacte, au moment de la sortie du film de Martin Provost.

N’ayant pas vu celui-ci j’ai lu avec plaisir l’ouvrage de Françoise Cloarec, peintre et psychanalyste. Elle retrace le destin atypique et tragique de cette jeune femme pauvre devenue domestique par la force des choses, mais possédant un don exceptionnel pour la peinture. Mystique, Séraphine se mettra à peindre après avoir entendu la Vierge lui demander.
A partir de ce jour entre durs labeurs et vie solitaire, elle se consacre à la peinture. Elle peint sans relâche, feuille, fleurs, arbres… Grâce à des mélanges qu’elle garde secrets, ses toiles sont colorées et chatoyantes. Pourtant malgré le soutien d’un collectionneur Wilhem Uhde, premier acheteur de Picasso, qui croit en son talent, elle sombre peu à peu dans la folie et est internée en hôpital psychiatrique juste avant la guerre 39-45. Elle y meurt, en 1942 à 78 ans, sans avoir retouché un seul pinceau dans une solitude et un dénuement total, « ce n’est pas un lieu où l’on travaille l’art » écrit-elle. Un livre émouvant qui donne envie de découvrir plus amplement l’œuvre de cette femme et de courir acheter le DVD, pour voir ou revoir, le film dans lequel Yolande Moreau, qui a reçu le César de la meilleure actrice pour son rôle, est remarquable.




La vie rêvée de Séraphine de Senlis
Françoise Cloarec
Edition Phébus - 11,39€

Acheter ce livre

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article