C'est qui Mario Vargas Llosa le prix Nobel de littérature 2010 ?

Publié le par Bouquiner.net

Vargas-Llosa.jpgLe prix Nobel de littérature 2010 a été décerné à l'auteur péruvien naturalisé espagnol Mario Vargas Llosa, 74 ans. Ce prix lui est attribué "pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l'individu, de sa révolte et de son échec". Tout un programme. Bon on le lira surement jamais, mais on se demande quant même : c’est qui Mario Vargas Llosa ?

 

 

Né à Arequipa (sud du Pérou), le 28 mars 1936, il est élevé par sa mère et ses grands-parents maternels à Cochabamba (Bolivie), puis au Pérou.

Il s'installe ensuite à Paris, où, marié à sa tante Julia Urquidi, de 15 ans son aînée, il exerce diverses professions: traducteur, professeur d'espagnol, journaliste à l'Agence France-Presse.

 

En 1959, il publie son premier recueil de nouvelles "Les caïds" qui lui vaudra le Prix Leopoldo Alas. Mais c'est avec le roman "La ville et les chiens" -- inspiré par ses dures années parmi les "cadets" et traduit en une vingtaine de langues  que sa carrière littéraire décolle en 1963. Trois ans plus tard, il consolide sa notoriété avec "La Maison verte".

 

 

Séduit par Fidel Castro et la révolution cubaine, il se rend à La Havane qu'il quittera pour regagner l'Europe avec une nouvelle épouse, Patricia. En 1971, l'auteur rompt publiquement avec la révolution castriste et les mouvements d'extrême-gauche, devenant un critique acerbe du "lider maximo".

 

En 1969 de son roman documentaire "Conversation à la cathédrale" où il raconte, avec maestria, une longue conversation dans une taverne péruvienne. Suivent d'autres succès comme "Pantaleon et les visiteuses" (1973), satire du fanatisme militaire, "La tante Julia et le scribouillard" (1977), inspiré de son premier mariage, "La guerre de la fin du monde" (1982) évoquant la politique brésilienne. Parmi ses oeuvres principales, figurent aussi "Qui a tué Palomino Molero?" (1986) sur les violences politiques au Pérou, et "Le poisson dans l'eau" (1993), récit autobiographique, ou encore "Eloge de la marâtre", "Tours et détours de la vilaine fille" ou "La fête au bouc".

 

En 1990, il tente l'aventure politique à droite de l'échiquier comme candidat du Front démocratique lors de l'élection présidentielle péruvienne. Battu à plate couture par Alberto Fujimori, il abandonne son pays, reprend ses activités littéraires et gagne Londres.

 

En 1993, il obtient la nationalité espagnole. "Le Pérou veut me retirer ma citoyenneté et je n'aimerais pas me convertir en paria du jour au lendemain", explique-t-ilen dénonçant l'administration Fujimori.

 

Son prochain livre, "El sueno del celta", consacré au diplomate britannique Roger Casement qui dénonça les atrocités commises dans le Congo de Léopold II, sortira début novembre en langue espagnole.

 

 

 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article