Bouquiner.net

Toute l'actu du livre

Faites entrer l'écrivain : Entretien avec Peter Robinson

Toutes les couleurs des tenebresFan des policiers mythiques aux héros récurrents, votre vœu a été exaucé : Peter Robinson nous livre le dernier épisode de l’inspecteur Banks dans « Toutes les couleurs des ténèbres ».


Au cœur de la Grande Bretagne un Dandy homosexuel est retrouvé mort dans sa prestigieuse résidence du Yorkshire.  Tout semble accuser son amant, lui-même retrouvé pendu dans la forêt non loin de là. Jalousie ? Drame passionnel ? Mise en scène macabre ? Si en plus les services secrets s’intéressent à l’affaire on se dit que les évidences peuvent s’avérer trompeuse. Seul, ou presque, contre sa hiérarchie, Banks va tenter de tirer cette nouvelle affaire au clair. C’est une fois de plus un plaisir de retrouver l’inspecteur Banks, un peu comme un vieux pote qu’on n’a pas vu depuis longtemps mais avec qui la complicité est aussi forte que si on l’avait quitté la veille. Un bon moment de lecture comme on les aime.


Peter Robinson aime ciseler ses personnages, tailler ses décors et ses ambiances à la serpe pour nous plonger dans une ambiance policière sans nul autre pareil, rythmé par des références musicales réaliste. Comment s’y prend-il ? Le mieux est encore d’enquêter, de rencontrer et de passer à la question le principal intéressé.


Rencontrer Peter Robison, c’est un peu comme rencontrer Banks. L’homme est avenant, avec une charmante retenue, il installe une certaine complicité presque naturellement.  La voix est légèrement rocailleuse, exactement comme on imagine celle de Banks, le plaisir est simple : boire un verre de « Cote du Rwhoooone  » (avec l’accent).


peter-robinsonLa France n’est pas une découverte pour cet ancien professeur et auteur de poésie. Elle est même bien plus présente dans ses livres qu’on ne le croit. Quand il était encore étudiant, il a découvert les romans policiers avec Georges Simenon, le créateur de l’inspecteur Maigret. « A cette époque, vers la fin des années 70 début 80, j’ai lu beaucoup de policer : Simenon, mais aussi Agatha Christie, Raymond Chandler, Conan Doyle, et des centaines d’autres.  Et ça a déclenché chez moi une réelle envie de m’y mettre. J’ai d’abord écrit trois romans, très mauvais, avant de créer l’inspecteur Banks. Là, je me suis dit que j’avais peut être une petite chance de connaitre un jour le succès, même si je n’imaginais pas une telle série. Maigret m’a vraiment marqué comme détective, notamment par sa dimension psychologique, et par l’atmosphère que Simenon a créé autour de son personnage et son rapport à sa ville, Paris ». A la lumière de cet aveu on apprécie d’autant  mieux l’ambiance rendu indissociable entre Banks et le Yorkshire…


L’inspecteur Banks n’est pour autant pas un copier-coller du commissaire français. « Quand j’ai créé Banks, il n’avait pas vraiment de forme, je ne savais pas grand encore vers où aller, j’imaginais des choses mais ce n’était pas un personnage totalement défini. Il s’est vraiment construit au fil des livres et plus j’avance plus il se précise. Le personnage des premiers livres est très différent de celui d’aujourd’hui. Il va continuer d’évoluer. Et quand j’en aurai fait le tour je pense qu’il sera temps que j’arrête ».

Un personnage qui évolue également avec ses gouts musicaux. Dans toutes ses livres, Robinson rythme les enquêtes avec les morceaux écoutés par son célèbre inspecteur. « La musique c’est aussi pour moi un moyen d’installer une atmosphère, de faire comprendre ce que ce ressentent les personnages. Je prends des morceaux anciens mais aussi actuels car j’ai toujours été fan de pop music. »


Les influences de Robinson sont multiples. Chassez le naturel il revient au galop. Apres avoir étudié Shakespeare dans ces jeunes années quoi de plus naturel de le mettre lui et ses références à la duplicité au cœur de son enquête.  « J’ai écrit de la poésie il y a longtemps mais je ne me vois pas écrire des tragédies aujourd’hui. Néanmoins, j’aimerai bien écrire des livres sans Banks. Ce n’est pas que j’en ai marre de lui, loin de la, mais j’ai aussi envie de quitter le monde policier et d’écrire sur une personne ordinaire impliqué dans quelque chose de mystérieux. »


Vous pouvez donc dormir tranquille. Presque comme un flic, Robinson est déjà passé à de nouvelles enquêtes et travaille sur ses prochains romans. Les amoureux de polars auront même droit à une petite surprise.  « Dans sa prochaine enquête Banks part quelques jours à Los Angeles en Californie et boit une bière avec quelqu’un que je ne nomme pas mais que les amateurs reconnaitront puisqu’il s’agit de l’inspecteur Harry Bosh héros fétiche des romans de mon vieil ami Michael Connely. »


Plus qu’un an à attendre….

 

Toutes les couleurs des ténèbres
Peter Robinson
Ed. Albin Michel - 18,91€

Acheter ce livre

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article