Bouquiner.net

Toute l'actu du livre

La petite histoire du Renaudot

La petite histoire du Renaudot

Le prix Renaudot prix fut créé en 1926 par dix journalistes critiques littéraires attendant la délibération du Goncourt. Las d’attendre, Gaston Picard s'écria " Pourquoi ne décernerions-nous pas un prix nous aussi ? » ainsi fut créé le Renaudot


Une question nous vient assez rapidement à l’esprit : qui était donc ce fameux Renaudot, Théophraste de son prénom, pour que les 10 journalistes pensent à lui ? La réponse peut surprendre vu qu’il était le Médecin de Louis XIII et ami de Richelieu.

Mais au delà de ses compétences médicales, Renaudot fut considéré comme le premier journaliste.

En effet homme curieux et inventif, outre sa compétence médicale, il a été à l’origine des petites annonces, de l'assistance publique, de l'agence pour l'emploi et surtout de la Presse.

Le 30 mai 1631, il lance sa célèbre Gazette, emboîtant ainsi le pas aux Nouvelles ordinaires de divers endroits des libraires parisiens Martin et Vendosme, parues depuis janvier 1631. Soutenu par Richelieu, qui fit de la Gazette un instrument de sa propagande politique, Renaudot emporta ce marché face à ses concurrents, malgré l’hostilité de la communauté des imprimeurs et libraires parisiens. En 1635, l’État lui accorda un monopole pour lui et ses successeurs.

La qualité de son journal était bien meilleure que celle de ses adversaires et, de fait, il avait le soutien financier et informateur du gouvernement de Richelieu. Qualité, abondance, diversité géographique, concision et clarté des nouvelles, la Gazette fut un grand succès et lui fut adjoint, dès 1634, le supplément des Extraordinaires, relatant dans le détail les évènements les plus importants. En 1611, parut le premier volume Mercure François, recueil des événements des années 1605 à 1610, dont la relation de la première installation des Français au Canada. Les frères Richer se chargent de sa publication jusqu'en 1635. Théophraste Renaudot continua cette importante publication jusqu'en 1643

Avec la mort de Richelieu en 1642 et celle de Louis XIII l'année suivante, Théophraste Renaudot perdit ses principaux protecteurs. La Faculté obtint l’interdiction des consultations médicales et des conférences dans son bureau d’adresses, puis le bureau fut entièrement fermé en 1646.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article