Le nouveau JK Rowling : un best-seller quoi qu’il arrive

Publié le par Bouquiner.net

J-K-Rowling-copie-1.jpegLe premier roman de JK Rowling de l’ère post Potter sort enfin. Fini les histoires pour les jeunes, c’est aux adultes qu’elle s’adresse. Néanmoins, même si on est loin du buzz occasionné quand un nouvel Harry Potter sortait, « Une place à prendre » s’annonce déjà comme un best-seller. Voici pourquoi.

 

 

 

Si J.K Rowling change de public, elle ne change pas des règles qui fonctionnent. Comme à l’époque où elle sortait les Harry Potter, l’auteur britannique a géré le lancement de son premier roman pour adulte de main de maitre.

Tout d’abord, ell sait cultiver le mystère et faire du bruit autour du silence. Depuis des mois, les plus folles rumeurs courent sur le thème qui sera abordé. Un thriller ? Un drame ? Un livre fantastique ? J.K Rowling ne distillait quasiment aucune info mais laissait filtrer quelques pistes par ses éditeurs, histoires de stimuler régulièrement l’intérêt de ses lecteurs

Pour bien réussir un lancement, il faut aussi laisser planer le doute sur la date de sortie. Quitte à en donner une fausse tout en sachant qu’elle sera reculée.

Le tout est de bien gérer les délais et les exclusivités. Personne n’a reçu le livre avant sa date de sortie, même sous embargo (pratique dans le milieu des médias qui consiste à donner une info en interdisant de la diffuser avant une certaine date). Même les traducteurs n’ont reçu le manuscrit qu’au tout dernier moment, ce qui a d’ailleurs généré quelques sueurs froides chez Grasset son éditeur français. Enfin Le titre «Une place à prendre » n’a été révélé quelques jours avant sa sortie

 

Seul deux ou trois journalistes ont été autorisés à lire le précieux roman mais ils ont dû le faire dans les locaux de la maison d’édition et sans pouvoir prendre de note. Une interview exclusive a été accordé l’avant-veille de la sortie et hop le tour est joué

Résultat la machine à buzz a fonctionné à plein tube, et déjà un million d'exemplaires ont été pré-vendus alors que personne ne savait ce que serait ce livre. De plus, les fans qui ont grandi en même temps qu’Harry Potter sont maintenant en âge de lire des romans pour adulte, ce qui constitue un bon matelas de lecteur potentiel. "Harry Potter a tenu pour moi une place importante dans l'expérience qui consiste à grandir, donc j'étais curieuse de savoir ce qu'elle avait écrit", a confié une des premières acheteuses du livre.

 

 

Le point de départ de Une place à prendre, qui se déroule à Pagford, charmant village imaginaire du sud-ouest de l'Angleterre, est la mort d'un membre du conseil municipal. Les habitants commencent alors leurs manigances pour trouver un remplaçant acquis à leur cause: débarrasser Pagford de la gestion d'une cité HLM malfamée. J.K. Rowling avait pensé dans un premier temps au titre "Responsable", parce que, "c'est un livre sur la responsabilité. Dans un sens mineur - quelle est la part de notre responsabilité dans notre bonheur personnel - mais aussi dans un sens plus large - quelle est notre part de responsabilité envers les pauvres, les personnes défavorisées?"

 

Apparaissent ainsi dans ce livre les thèmes très éloignés de l'univers de ses jeunes sorciers que sont la dépendance à l'héroïne, la prostitution, les familles monoparentales et le désir sexuel adolescent.   Le roman a divisé les premiers critiques, certains louant son message social très "dickensien" quand d'autres sont restés sceptiques devant des scènes très crues de sexe ou d'injection de drogues.

 

"Sincèrement, j'en ai fini avec l'histoire d'Harry" Potter, a-t-elle ajouté, à moins qu'une "idée fabuleuse" ne surgisse. Avec une fortune estimée à 560 millions de livres (703 million d'euros) selon le Sunday Times, cette mère de trois enfants reste marquée par la période où elle a écrit le premier "Harry Potter" au début des années 1990, alors qu'elle souffrait de dépression, vivait d'allocations et élevait seule sa fille. Une expérience dont elle s'est nourrie pour écrire "Une place à prendre".

 

 

 

 


Publié dans Actu

Commenter cet article