« Mausolée », de Rouja Lazarova

Publié le par Laurence Lucas

Récit de la vie de quatre générations de femmes dans la Bulgarie communiste, de l’après-guerre à la chute du communisme, « Mausolée » est une « chronique du communisme ordinaire » à la fois tendre et effrayante : tendre par l’évocation de la vie d’une famille, ses déchirements et ses bonheurs, effrayante car tout est marqué du sceau de la terreur, de la paranoïa et de la méfiance.



Effrayante aussi par la description de l’absurdité du communisme (ah, l’architecture et l’industrie à l’aune du socialisme triomphant !) et du nivellement de la personnalité. Le pire reste cependant les années après la chute du communisme, quand le pays est livré aux pilleurs de tous poils, et que la liberté ne signifie plus que misère pour les héros. Intéressant enfin, le regard effaré et écoeuré que l’héroïne porte sur les communistes occidentaux une fois le mur tombé, lorsqu’elle confronte son expérience de terreur et d’aliénation au communisme intellectualisé et théorisé jusqu’à la négation d’une réalité dérangeante, qui est celui des intellectuels d’alors.


Même si le sujet semble à première vue franchement aride, Rouja Lazarova nous livre un récit passionnant, une page de la grande Histoire incarnée par ses personnages dont elle excelle à dépeindre l’humanité. Tous, petits salauds et victimes idéalistes, sont les jouets de ce régime, dont ils illustrent la multitude de facettes. C’est le communisme incarné que l’auteur nous raconte là, dans un récit chaleureux et tendre à la fois.

 

 

 

Mausolée
Rouja Lazarova
Ed. Flammarion - 18,05€
Acheter ce livre

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article