Toute l'actu du livre

La faim d'Akhenaton

La faim d'Akhenaton

Akhenaton leader du groupe marseillais IAM se raconte dans un livre accompagné d'un disque, les deux portant le même nom : La faim de leur monde. 

 

Disparition de sa mère, repli sur soi endémique, fragilisation du système de santé: Akhenaton, leader d'IAM, sort un livre et un vinyle pour conjurer douleurs intimes et dérives d'une société en crise.

"La faim de leur monde" englobe donc un livre de 80 pages, aux allures de recueil de poésie/pamphlet (qui sort ce jeudi aux éditions L'Iconopop) et un vinyle avec deux morceaux fleuves de 19 minutes (version française par Akhenaton et en anglais par Napoleon Da Legend, un rappeur dans sa galaxie).

Le titre évoque "l'appétit démesuré de certains et d'un système qui nous amène à la catastrophe", comme l'expose à l'AFP Akhenaton. C'est aussi une suite donnée à un de ses morceaux-coup de poing, en solo, de 2006, "La fin de leur monde".

Le vinyle est un support attendu, puisque qu'"IAM a fait partie du mouvement du retour de l'objet" comme le dit le leader de ce groupe emblématique.

Le livre pourrait surprendre. "J'étais très heureux quand nos textes ont été exposés à l'Institut du monde arabe, de voir +Je danse le Mia+ écrit sur ce cahier de compta", se rappelle-t-il. Et de décrire son "attachement profond à l'écriture, au papier, au livre: même quand je n'avais pas beaucoup d'argent, il y avait toujours une place pour les livres dans mon budget".

- "L'impasse" -

Akhenaton était parti sur l'idée "de poésie, d'une réflexion sur la vie, dans un format très japonisant, comme des petits haïkus". Mais le décès de sa mère, à l'automne 2020, a donné une autre tonalité. "Il y a un peu la main de ma mère sur l'écriture, un héritage des discussions que j'avais avec elle".

L'"amour des gens" de sa génitrice, "militante, syndicaliste, avec une barre de tolérance plus élevée que la mienne" contre-balance les penchants de l'artiste à la misanthropie: "quand je suis en colère contre les hommes, j'en viendrais à souhaiter une collision avec un astéroïde (rires)".

Son texte, imprimé et mis en musique, dépeint en plan large "l'impasse dans laquelle on a orienté le monde", en ignorant trop longtemps une "approche écologique", ou se focalise encore sur ceux qui "pensent je" au lieu de "penser nous".

La crise sanitaire est là par endroits, même si Akhenaton (52 ans) prend toujours de la hauteur, comme en interview, en dénonçant "l'équarrissage de l'hôpital public par des +cost-killers+". Des coupeurs de budget qu'il a vu arriver aussi dans l'industrie musicale il y a plusieurs années. "Ces +enfants du commerce+ qui disent aux directeurs artistiques, +non, mais arrête le développement (de jeunes talents), mise tout sur cet artiste (établi)+".

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos


Voir le profil de Bouquiner.net sur le portail Overblog

Commenter cet article